GTT : une cible idéale pour Technip Energies?

Pierre GORRE
Pierre GORRE

le 20/12/2020 à 11:04 Citer ce message

En effet, EnGie est, avec 40%, l'actionnaire principal de cette société cotée en bourse; mais c'est une participation "non stratégique" dont elle a annoncé vouloir se débarrasser et qu'elle devrait pouvoir vendre pour plus d'un milliard d€uros!

Mais si c'est le cas, le gag, c'est que c'est Catherine McGregor, ex-PDG (promise) de Technip Energies qui serait chargée - puisque devenue DG de EnGie! - de vendre cet actif à son ancienne entreprise......

Ce qui ne manquerait pas de sel! Surtout si elle a déjà regardé le dossier avant son départ et l'a trouvé prometteur!!

Et vous qu'en pensez-vous?

A noter que l'article de Mer et Marine ci-dessous ne mentionne en aucun cas de société française - et encore moins d'ingéniérie dans l'Energie, et encore moins celui de Technip Energies, pour être l'investisseur national que cet organe de Presse appelle de ses voeux!!

Voir : https://www.meretmarine.com/fr/content/gtt-la-pepite-francaise-du-gaz-face-au-risque-dune-prise-de-controle-asiatique?fbclid=IwAR0w-QdhGC86ROy8PoU5bTARkeSZaIgKye5jL8A3QRUBTjZQ6ZcZNmFrUPI#
Gay
Gay

le 20/12/2020 à 12:44 Citer ce message

Avec quel cash? Tout le cash est pompe par les segments Subsea et Surface! Or Engie veut du cash.
Pierre GORRE
Pierre GORRE

le 21/12/2020 à 05:39 Citer ce message

Bien sûr, nous sommes bien d'accord!! Il y a les opportunités stratégiques....... et les possibilités de les exploiter!!

Ceci dit, quand on voit ce qui se passe peut-être du coté d'Alstom, et SURTOUT du coté de General Electric, bien mal en point et qui subit une descente aux enfers dont l'une des étapes, passée inaperçue en France, fut sa sortie de l'indice Dow Jones en 2018 après 122 ans de présence, c'est à dire depuis l'origine, les moyens (et l'imagination) peuvent être à la hauteur d'une nécessaire ou indispensable stratégie.

A suivre... à mon humble avis
Pierre GORRE
Pierre GORRE

le 21/12/2020 à 05:48 Citer ce message

Puis-je vous rappeler que lorsque le groupe Stena a souhaité se dégager de Coflexip Stena Offshore - justement pour faire du cash - après avoir été un partenaire sérieux pendant un premier délai "contractuel" de 5 ans (pacte d'actionnaires), l'Etat français a su négocier avec le groupe suédois, puis trouver un "schéma financier français" pour que CSO reste un groupe sous total contrôle français.

Et trouver un groupe français pour établir et signer le chèque!! Suivez mon regard!
Pierre GORRE
Pierre GORRE

le 29/12/2020 à 11:42 Citer ce message

En fait, pour garder GTT dans un périmètre "français", c'est de trouver un investisseur ou porteur qui, ensuite fusionnerait GTT avec TPE....... après une période de coopération entre les deux! Puis (re-) mise sur le marché de Technip, devenu Technip-Energies.....

Mais un Technip d'avant la fusion avec CSO!! Ce qui serait un retour en arrière de plus de 20 ans!!

Répondre à ce message