Publication des comptes pour T3 2018 - Questions / réponses des / aux analystes financiers.

le 28/11/2018 à 14:55 Citer ce message

Le 25/10/2018, TechnipFMC a publié les résultats trimestriels pour le troisième trimestre (T3) 2018. S’en est suivi une conférence téléphonique (webcasting) avec 8 analystes financiers parmi les 35 qui suivent la performance de TechnipFMC.
D’une manière générale, les appréciations de la presse financière découlant de l’annonce des chiffres sont négatives dans la mesure ou TechnipFMC n’a pas atteint les résultats attendus par le consensus tant pour le chiffre d’affaire que pour le résultat net. Comme de coutume, ceci n’a pas empêché le CEO (D Pferdehirt) et la CFO (M Mannen) de se montrer pleinement satisfaits.
Point positif à souligner, l’augmentation du carnet de commande pour l’ensemble des segments avec un ratio « Book to Bill » trimestriel supérieur à 1 (1,1 pour Onshore / offshore ; 1,3 pour Subsea) est encourageant. En bon Français cela signifie en valeur $ que nous avons engrangé sous forme de signature de contrats plus de travail à faire que la valeur de la production vendue dans le trimestre.
Plus intéressantes furent les questions posées au CEO et CFO par les analystes financiers.
A ce sujet je vous invite à lire le transcrit disponible à l’adresse suivante : http://investors.technipfmc.com/fr/financial-information/results-center.
De manière synthétique la plupart des questions (je dirais même interrogations pour certains) ciblaient le sujet de l’approche intégrée (i-FEED et i-EPCI) sur laquelle repose le « business plan » mis en œuvre par D Pferderhirt et Th Pilenko à partir du 17/01/2017.
La question la plus directe a été posée par Bertrand Hodee de Kepler Cheuvreux, Research Division - Head of Oil and Gas Sector Research, « The first question is looking at big oils and the adoption of the integrated concept. Shell and Equinor have tested successfully the model. What is the pushback you are getting from others, like Exxon, ENI, Total? And do you believe that you could get us, in the short term, some integrated project from those names? ».
Le CEO fut fort dépité et même incommodé par cette question impertinente qu’il a perçue comme l’expression d’un doute sur le réalisme et la faisabilité commerciale de la mise en œuvre de son « business plan ». Sa réponse aussi brève que dénuée d’argumentaire le prouve : « Yes, I am confident we will.». L’écoute de la bande son, le ton de sa reponse ainsi que la réaction narquoise de l’analyste sont éloquents.
N’en déplaise au CEO, la question de l’analyste est fondamentalement pertinente car il s’avère avec le temps qu’aucun des grands operateurs ne semble adhéré au « business plan » du CEO pour des projets d’investissements importants ! Les opérateurs restent fidèles au « Work execution plan » traditionnel qui consiste à développer le projet en phases et faire jouer la compétition i.e. : basic design, FEED design, définition des « work packages », mise en appel d’offre de chaque package, regroupement des packages pour l’EPCI afin de réduire les interfaces et optimiser les couts et donc le CAPEX en évacuant les risques et aléas. C’est en effet la seule procédure qui permet de garantir l’opérateur que son investissement est réalisé à cout optimum et à moindre risque. C’est d’ailleurs la procédure suivie par Exxon-Mobil pour le projet Liza 2 qui a attribué à TechnipFMC, sous réserve de conditions à satisfaire, un contrat limité à la fourniture d’équipements SPS sans installation. C’est ce que pratiquait FMC Technologies avant la fusion. C’est donc un exemple significatif exprimant la position très réservée voir négative d’ Exxon-Mobil vis-à-vis du concept de projet intégré tant vanté par le CEO de TechnipFMC. Pour etre complet sur le sujet, Exxon-Mobil vient de suspendre ce projet.

Répondre à ce message